Addis Ababa, Ethiopia & the Horn of Africa in Ancient Photography & Maps ⎢ Addis-Abeba, l'Éthiopie & la Corne de l'Afrique dans la photo et les cartes anciennes

Auteur/autrice : Serge DEWEL Page 2 of 7

Docteur en histoire moderne (Corne de l'Afrique). Étude des constructions urbaines patrimoniales, mémorielles et identitaires, ainsi que de l'usage des sources graphiques (cartographie, photographie...) en histoire. Historien des religions sur la thématique des christianismes orientaux.

Ethiopian success story: ‘soleRebels’ a shoe-brand by Betelehem Alemu…

Photo: Bethlehem Alemu/Twitter

 

Betelehem Alemu is the founder of soleRebels, a shoe company and also a world’s fastest-growing businesses.  Her story is one of resilience and determination. The 22nd global store for her branded shoe has recently opened, which shows that African businesses can flourish across the world.

From a company that started at the backyard of her grandmother in Zenebework, soleRebels has grown to hire at least 100 employees and created at least 1200 jobs. With the new store opened in Hamburg to add to the others in Silicon Valley, Athens, Barcelona and in Taiwan, Betelehem Alemu wants to have 500 stores globally.

Born in 1980 in one of the poorest sections of Addis Ababa, she founded soleRebels to provide solid community-based jobs. Before this, she was an accountant at one of the private companies in Addis.  She came up with a plan and took $5,000 of her own money to set up a workshop.

Read a complete portrait in Forbes

 

Photo: Lionesses of Africa

(Source: Face2Face)

GERD: Grand Ethiopian Renaissance Dam

Power is a main factor of Addis Ababa’s development as a Global City. Ethiopia is about to complete a huge infrastructure projet with a dam that could supply the capital city with enough electricity to avoid any shortage or disruption in the future. More, Ethiopia will sell its power abroad. Two recent books are focusing on the problematics that has been revealed by this pharaonic project.

The Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) will not only be Africa’s largest dam, but it is also essential for future cooperation and development in the Nile River Basin and East African region.

The main challenges surrounding the GERD will be managing and sharing Nile waters. But it has also an important economic dimension that already showed recent developments including: the signing of a legally binding contract by Egypt, Ethiopia and Sudan; the possibility that the GERD might be partially operational very soon, the completion of transmission lines from GERD to Addis Ababa; and the announcement of Sudan to commence the construction of transmission lines from GERD to its main cities.

 

Résultat de recherche d'images pour "The Grand Ethiopian Renaissance Dam on the Blue Nile abtew"

1st ed. 2019 (14 août 2018)

This book is about the Grand Ethiopian Renaissance Dam newly being built on the Blue Nile, a transboundary river. Due to rising population and increasing water demand in the Nile basin, major projects raise interest and concern by millions with potential for water conflict. The dam design, reservoir filling policy, operation of the dam, riparian countries response, dam site importance and social impact and economy of the dam are presented in the book.

 

See also Zeray Yihdego e.a. (Ed.), 2017, The Grand Ethiopian Renaissance Dam and the Nile Basin Implications for Transboundary Water Cooperation (Taylor&Francis).

The-Grand-Ethiopian-Renaissance-Dam-and-the-Nile-Basin-Implicat-9781138064898

Ethiopian Airlines: growing hub and a major tool for Addis Ababa’s growth

Extending network

Ethiopian Airlines (ET) recently acquired its 100th aircraft (June 7, 2018), a Boeing 787 ‘Dreamliner’, allowing the company to step on the stage of the major civil carriers. With new aircrafts and a constant growing fleet, ET is also implementing new flights or resuming ancient connections that were suspended, like Chengdu and Seychelles 4 times a week as from December 2018, or increasing number of weekly connections.

Résultat de recherche d'images pour "ETHIOPIAN 100th dreamliner"

In the same time, National Airways has performed on October 13th its first flight connecting Addis Ababa toMogadishu. This should inaugurate a 4 weekly flights connection between Ethiopia and Somalia. The route between the two countries was interrupted 41 years ago, when Somalia invaded Ethiopia in 1977.

On its side, Ethiopian Airlines announces it will resume its flight to Mogadishu effective 2 November 2018, after stopping the service over four decades ago.

 

Addis Ababa Bole airport’s extension

Early September 2018, the passenger terminal, being built at the Addis Ababa Bole International Airport has started providing service partially. The passenger terminal is part of an expansion project being conducted to ease congestion at the existing terminal and properly serve the ever increasing passengers. Up on going fully operational, the passenger terminal will have a capacity to accommodate 20 million passengers per year. The existing passenger terminal has a capacity to give service to five million passengers; however, it has been accommodating 11 million passengers, creating congestion.

(source: ENA)

Ethiopia & its coffee

Ethiopia, first exporter of Africa, is not included among the 10 World-largest coffee exporters. Five European countries that do not grow coffee are listed among the major exporters (Germany, Switzerland, Italy, France and Belgium).

This can happen because the process of roasting and flavoring coffee beans are highly consuming power and water. Poor countries, most of the producers, choose therefore to export cheap beans to richer countries that will handle the process.

 

Source: https://howmuch.net/articles/world-map-of-coffee-exports

 

The use of photography as primary source for the writing of urban History

ADD Tour horloge construction 1

While fiercely struggling for its independence during the second half of the 19th century, Ethiopia extended considerably its territory. A region of meadows and mountains, at the southern march, became the centre of the country in its new borders. There, in 1886, what was first founded as a garrison camp for its strategic position became Addis Abäba, soon the new capital at the crossroads of the world.

This communication aims to highlight the part played by the national sovereignty and its recognition in the particular process of the Ethiopian capital foundation and its perpetuation, as well as its development during the 20th century. The main growing phases of Addis Abäba might only be understood in terms of its international context whilst Ethiopian sovereignty and independence were jeopardized. During those particular times, the rulers used Addis Abäba as a stage for its performance, expanding the city and provided it with architectural and monumental heritage.

For this, they drew in the country’s long-time history, in the strong commitment to the Ethiopian Christianity – the Täwahǝdo – and into the Kǝbrä Nägäst the national myth. The successive systems and reigns until the 21st century have adopted the same urban and building response.

http://www.ices20-mu.org/displayAbstracts.php?abstract_0516-06

ADD - Club français

 

This paper was communicated during ICES20, October 2018, Mäqällä University, Ethiopia (http://ices20-mu.org/index.html)

 

 

La photo comme source en histoire

La photo comme source en histoire: méthodologie

 

Les documents photographiques, pour aider l’historien dans sa recherche, doivent être entourés de précautions. Avant tout, il s’agit de rassembler autant d’informations que possible au sujet du document: informations intrinsèques et extrinsèques. Identification du photographes, les circonstances et le contexte de la prise de vue, le but et la finalité de la photographie… mais aussi la technique utilisée sur place ou pour le tirage et la reproduction, la taille du document originel, etc.

En marge des données liées à la photo elle-même -les métadonnées-, des principes généraux doivent être respectés dans l’usage qui est fait de ces documents. En particulier, afin de réduire la subjectivité du cadrage et de l’instant fixé, il est utile de combiner plusieurs vues du même sujet. Cela en permet une meilleure vision, mais aussi la création d’une séquence chronologique. Celle-ci peut être courte dans le cas d’une manifestation particulière ou longue dans le cas, par exemple, de la documentation de l’histoire d’une ville ou d’un habitat.

Une photographie publiée par Wolbert Smidt (Photos as Historical Witnesses, LIT, 2015, p. 93 au centre de la page) est datée de 1930 et est identifiée comme une vue du couronnement de Haile Sellase. Un rapide regard fait cependant se poser deux questions: il est seul alors qu’habituellement il est accompagné de sa consort sur les photos du couronnement impérial, en particulier lors des moments solennels ; et qui est ce personnage assis sur un pied d’égalité flanquant le souverain ? Ces deux éléments sont propres à faire douter de l’identification de l’événement.

Un examen plus attentif laisse noter que la couronne est différente de celle du couronnement impérial (photo de droite et du bas sur la même page). L’auteur ne nous fournit aucune indication quant à la source ; et d’ailleurs en dispose-t-il ?

La couronne, puisqu’elle est différente de la couronne impériale, correspond à une époque où le ras Täfäri n’était pas encore devenu Haile Sellase Ier (nom porté après son couronnement impérial en 1930). Il s’agit en effet de sa couronne de ras (duc princier), telle qu’elle figure sur le timbre (série de 1928 commémorant l’inauguration du nouvel hôtel des postes) le représentant comme ras ǝndärase (prince-régent) et donc avant le couronnement royal de 1928 comme negus.

 

ras-tafari-timbre.jpg

Timbre à l’effigie de Täfäri, série de 1928, version avec surcharge

 

L’éclairage vient d’une photo de presse allemande, datée de 1927, et dont la légende inscrite au dos précise qu’il s’agit de la visite du prince de Abruzzes. Le même événement que celui de la photo publiée par Wolbert Smidt, mais sous un angle légèrement différent. Dans un même temps, la légende d’une photo en éclaire une autre.

 

test

« Fürsten-visite in Abessinien. Besuch des Herzogs von Abruzzen bei dem Fürsten von abessinien. Der hohe Gast wurde mit grossen Feierelichkeiten von dem König von Abessinien empfangen. Parade-Abnahme des Abessinischen Heeres PRESSE-PHOTO Gmbh, Berlin ».

 

En juillet 1927, eut lieu à Addis Abäba une rencontre extrêmement sensible et de première importance : la visite de Luigi Amedeo di Savoia-Aosta, duc des Abruzzes et (cousin d’Amedeo di Savoia-Aosta, duc d’Aoste et futur vice-roi de l’Africa Orientale Italiana), envoyé officiel du gouvernement italien, accompagné de Jacopo Gasparini, le gouverneur de la Colonia eritrea. À cette occasion, le ras Täfäri soigna particulièrement son image comme les photographies de presse en témoignent ; l’enjeu était à la fois diplomatique (affirmer la souveraineté de l’Éthiopie face à son envahisseur d’hier) et intérieur (visite très controversée au sein du parti conservateur éthiopien). Cette visite déboucha sur la signature de l’accord de coopération italo-éthiopien de 1928.

 

Le royaume du Prêtre-Jean dévoilé (4) : les débuts de la cartographie scientifique

 

3 - test

Profitant des inventions d’instruments de mesures et d’optique du XVIIIe siècle, la géodésie gagne en précision au XIXe siècle. La succession de levers topographiques par théodolite permet le dessin de réelles cartes. Le théodolite est la combinaison du goniomètre et de l’éclimètre, complété d’une boussole et d’un niveau à bulle. Le théodolite mesure les angles sur les plans horizontaux et verticaux ; il est le principal instrument de terrain en topographie par triangulation.

Le théodolite de géodésie a été inventé à la fin du XVIIIe siècle. Son usage est très simple. Au départ d’un point géodésique connu et placé à l’horizontale (niveau à bulle), il permet de mesurer les angles par rapport à un axe horizontal (triangulation), ainsi que les différences de niveau (nivellement) à l’aide d’une mire graduée ou par différence angulaire verticale.

ThéodoliteThéodolite 2

Théodolite 3

© USGC

Si la connaissance géographique de l’Ethiopie avait peu évolué pendant le XVIIIe siècle, ce n’était pas seulement imputable à la technique, c’est aussi parce qu’aucune (ou presque) information ne parvenait en Europe. Après que la présence portugaise en Ethiopie du XVIe et du début XVIIe siècle se fut soldée par l’expulsion des Occidentaux à partir de 1632, le pays s’enferma dans un relatif isolement, par rapport à l’Europe. Les premières informations à portée géographique parvenues en Occident furent celles de la relation de voyage de James Bruce, atteignant à Gondär en 1770  et de retour, par le Soudan, en 1794 en Grande-Bretagne (publication en 1790). Dans son récit, il affirme avoir découvert la source du Nil. En fait, il ne s’agissait que du Nil Bleu, qu’il avait remonté depuis le Lac Tana. Francisco Alvares, conduisant la première ambassade portugaise à atteindre l’Ethiopie (1520-1526), fut le premier à atteindre le Lac Tana, et sans doute le premier à identifier la source du Nil Bleu, qu’il l’atteignît ou pas. En tout état de cause, la carte de Ludolf (voir ici), antérieure d’un siècle au voyage de Bruce, indique la source du Nil Bleu, tout comme celle d’Almeida qui date de 1662 (ici). Toutefois, ce faisant, Bruce initialisait une course qui allait mobiliser les explorateurs en Afrique de l’Est pendant six décennies: la découverte des sources du Nil que l’on croyait dans les Monts de la Lune, vers le centre du continent, et qui ne disparurent des cartes que dans les années 1860.

Carte Bruce 1790

Coll. privée

 

Comme l’affirme très justement Jeffrey C. Stone, le XIXe siècle est l’âge d’or de la cartographie de l’impérialisme (A Short History of the Cartography of Africa, 1995, p. 47ss). En particulier le dernier tiers du siècle, alors que se prépare la ruée vers l’Afrique consécutive à la conférence de Berlin (1885). Mais l’Ethiopie fut cartographiée sans être colonisée. Russes, Italiens, Britanniques, Français apportèrent leur pierre à l’édifice géographique. La cartographie pénétra le territoire avec plus de succès que l’impérialisme occidental ; un premier jalon notoire fut posé par Henry Salt en 1910.

 

Petit Journal - tracé frontières-1

Coll. privée

 

Le royaume du Prêtre-Jean dévoilé (3)

Peu de nouvelles découvertes de terrain au XVIIIe siècle

Alors que la connaissance du terrain éthiopien ne se complétait guère, les techniques de mesure (triangulation…) et de cartographie progressaient. L’invention du niveau à bulle par Melchisédec Thévenot représente une des nombreuses étapes de la perfection de l’art du dessin géométrique et topographique au cours du XVIIIe siècle.

abyssinie-carte-dalmeida-collection-danville

Incluse dans la riche collection de Guillaume de Lisle, la Carte d’Éthiopie et de l’empire des Abyssins, autrement du prestre-Jan / faite sur les lieux par les R.R. P.P. Manoel d’Almeida, Affonso Mendez, Pero Pays, et Ieronimo Lobo, qui y ont demeurez long-temps (Manoel de Almeida (1578-1646), cartographe) constituait une source précieuse pour les cartographes du XVIIIe siècle et fut relayée jusqu’au XIXe siècle, âge des premiers développements de la cartographie de terrain. Ainsi, on le note sur la carte d’Abyssinie établie par Bonne en 1771, à quel point la carte d’Almeida

 

BONNE Abyssinie 1771

Bonne, carte d’Abyssinie, 1771, coll. privée

Cette période antérieure à la cartographie scientifique de terrain représente la préhistoire de la géodésie (γεωδαισία),  « la science qui mesure et représente la surface terrestre » (Friedrich Robert Helmert, 1880). Pour longtemps, cette science s’est attachée à résoudre les problèmes posés par la mesure de la terre, dimensions et forme.

La mesure de la terre trouve ses origines dans les travaux de Claude Ptolémée: la mesure de la longueur des jours au solstice d’été pour établir la latitude, par exemple. En revanche, la longitude posait un problème plus complexe qui demeura sans solution de haute précision jusqu’a l’aube du XXe siècle. La méconnaissance de la longitude avait induit Ptolémée à surdimensionner la Méditerranée de mille kilomètres. La correction fut apporté par l’humaniste provençal Peiresc.

Le travail du cartographe de terrain passe par deux types de mesures à reporter sur le croquis levé sur place: la triangulation et le nivellement (ou altimétrie). L’invention du chronomètre de marine (John Harrison entre 1735 et 1757) et la mesure de la longueur du méridien furent les étapes préliminaires nécessaires au travail de terrain pouvant conduire à une cartographie moderne et scientifique. Le récit de cette aventure de la géodésie est relaté avec beaucoup de précision par Claude Brezinsnki dans un ouvrage brillant (Les images de la terre. Cosmographie, géodésie…, Paris, 2010). Voir aussi ce lien.

 

 

 

 

André Armandy : écrivain, voyageur et photographe

decc81sagrecc81able-partie-de-campagne-1.jpg

 

André Armandy, de son vrai nom André-Albert Aguilard (1882-1958) était un écrivain de romans populaires très en vogue à la fin des années 1920. Il séjourna en Ethiopie de décembre 1929 à février 1930 et tira deux livres de ce voyage: La voix sans disque (roman, 1931) et La désagréable partie de campagne (récit de voyage, 1930).

Le roman a été adapté au cinéma par Léon Poirier (réalisateur de La croisière noire 1926 et de La croisière jaune 1934) et projeté dans les salles parisienne en 1933 (voir). Jean-Dominique Pénel s’est penché sur l’oeuvre romanesque et son adaptation cinématographique dans un article de la revue Pount (n°11, 20107, pp. 179-207). Du récit de voyage d’Armandy, nous pourrons souligner le ton cynique et paternaliste, le propos dénigrant à l’égard de l’Ethiopie, et pas toujours très bien documenté.

« Les rues de la « Nouvelle Fleur », ou tout au moins ce qu’on y prétend tel, donnent à qui les voit pour la première fois, moins l’impression de voies publiques que de lits de torrents desséchés. Non qu’elles ne soient point empierrées -si elles pèchent, c’est plutôt par l’excès contraire- mais elles le sont de telle sorte qu’elles rappellent, en moins accessible, nos routes en rechargement avant le passage du rouleau. (…) La « Nouvelle Fleur » ,’a de la ville que l’importance que lui confère sont titre de capitale. » (La désagréable partie de campagne, pp. 110-112).

André Armandy, outre avoir décrit Addis Abäba avec suffisance et dans une verve saumâtre après y avoir promené un regard en surplomb, a pratiqué la photographie au cours de son séjour éthiopien. Je présente ici un échantillon de l’album photos de l’auteur que j’ai pu acquérir récemment. Certaines photographies comportent une légende au crayon sur le verso.

ARMANDY - ADD rue vers gebbi - recto-1 Ldef

La rue descendant d’Arada et du quartier européen vers le gebbi de Menilek que l’on aperçoit sur la colline en face (photo Armandy, 1930, coll. privée)

 

Ces deux portraits de l’écrivains ont-ils été pris par lui-même à l’aide d’un pied? Etait-il accompagné par une personne sachant manier son appareil photographique? La photo de droite est dépourvue d’une légende, mais il est aisé de reconnaître la célèbre pharmacie Zahn à l’arrière-plan, et un élément de la toiture du Grand Hôtel de Gleyze (voir ci-dessous).

ARMANDY - ADD portrait - recto-1 LdefARMANDY - ADD train - recto-1 Ldef

 

ARMANDY - ADD formation escorte protocolaire la gare - recto-1 Ldef

« Formation laborieuse de l’escorte d’honneur sur les quais de la gare », photo Armandy, 1930 (coll. privée)

 

ADD restaurant Gleize recto-1

Le « Grand Hotel » de Georges Gleyze, où se tenait Armandy, sur la terrasse à hauteur de la fenêtre centrale du premier étage.

Josef Steinlehner à Djibouti (1913)

Josef Steinlehner était avant tout un éditeur de cartes postales et, nous l’avons signalé (), un pionnier des maxi-cartes. Au cours de ses voyages, il entretenait une correspondance avec des collectionneurs, laquelle nous offre des éléments chronologiques sur la vie du photographe-voyageur.

Toutes ses cartes, expédiées en voyage, sont numérotées (coins supérieur gauche). La calligraphie ne permet pas toujours un déchiffrement facile, mais les informations chronologiques et géographiques sont néanmoins ponctuées par des bribes de contenus. L’ensemble suggère un itinéraire.

Ainsi, nous savons que Josef Steinlehner était en 1909 en Grèce ou en 1925 en Turquie. Le voyage qui nous intéresse ici peut être ainsi reconstitué : Constantinople (date illisible), Chypre en décembre 1912, puis Jérusalem le 9 janvier 1913 et il arrive à Djibouti en mai 1913. Sur une première carte expédiée le 30 mai, il annonce s’installer à Djibouti dans le quartier de Dar es-Salam où il résida jusqu’à la fin août 1913. Cette carte porte le numéro 10 de la série expédiée à ce correspondant de Mühlhausen (maintenant Mulhouse, France).

STEINLEHNER Djibouti 1913 -1 recto-1 LRSTEINLEHNER Djibouti 1913 -1 verso-1 LR

 

Le lendemain, puis le surlendemain, deux autres cartes sont envoyées, qui se suivent dans la numérotation. La fréquence rapprochée des expéditions, ainsi que le peu d’information contenu sur les cartes, semblent indiquer que les textes sont prétextes à expédier les cartes postales qui doivent servir une collection ou un commerce philatélique. Sur l’une et l’autre carte, il paraphrase la légende imprimée au recto ; alors que sur la troisième (datée du 1.VI.13), il fait allusion à l’Abyssinie sans que j’aie pu comprendre précisément ce qu’il annonce.

 

 

Voyageur, mais pas toujours photographe

Nous avons déjà mentionné la carrière de photographe que Steinlehner a menée. Toutefois, cette série de cartes postales, expédiées de  Djibouti, ne sont pas son œuvre, mais bien des cartes achetées sur place. Il faut noter certains détails. Au cours de ses voyages, Steinlehner a pris l’habitude d’apposer un cachet multilingue à l’endroit de l’affranchissement, précisant que les timbres sont sur le recto (côté photo de la carte postale). De cette manière, il peut pratiquer comme avec une maxi-carte ou, comme c’est le cas ici, cacher des informations indésirables. C’est ce qui apparaît en comparant ces cartes expédiées par Steinlehner aux prototypes ci-dessous : le nom de l’éditeur ou du photographe a été recouvert par le timbre.

Ces deux dernières cartes postales ont été initialement éditées par le photographe d’origine indienne J. G. Mody, éditeur connu qui fut actif au cours des deux premières décennies du XXe siècle à Djibouti et en Éthiopie. Ses cartes furent ultérieurement rééditées par Gaston Brouillet (avec l’indication « cliché G. Brouillet ») et plus tard encore (vers 1925/1930) avec le crédit « cliché G. B. » au niveau de la division du dos. Celle montrant la danse des guerriers a aussi été colorisée, mais sans la moindre mention d’un éditeur.

Mody a édité d’autres cartes postales prises, selon toute évidence, au même moment et avec les mêmes acteurs que la « danse de guerre ‘Issas’ « .

 

 

 

 

 

 

 

Page 2 of 7

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén