Addis Ababa, Ethiopia & the Horn of Africa in Ancient Photography & Maps ⎢ Addis-Abeba, l'Éthiopie & la Corne de l'Afrique dans la photo et les cartes anciennes

Auteur/autrice : Serge DEWEL Page 3 of 7

Docteur en histoire moderne (Corne de l'Afrique) et historien des religions (christianismes orientaux).
Étude des constructions mémorielles et identitaires, de l'usage des sources graphiques (cartographie, photographie...), histoire des catholiques d'Ethiopie.

Josef Steinlehner à Djibouti (1913)

Josef Steinlehner était avant tout un éditeur de cartes postales et, nous l’avons signalé (), un pionnier des maxi-cartes. Au cours de ses voyages, il entretenait une correspondance avec des collectionneurs, laquelle nous offre des éléments chronologiques sur la vie du photographe-voyageur.

Toutes ses cartes, expédiées en voyage, sont numérotées (coins supérieur gauche). La calligraphie ne permet pas toujours un déchiffrement facile, mais les informations chronologiques et géographiques sont néanmoins ponctuées par des bribes de contenus. L’ensemble suggère un itinéraire.

Ainsi, nous savons que Josef Steinlehner était en 1909 en Grèce ou en 1925 en Turquie. Le voyage qui nous intéresse ici peut être ainsi reconstitué : Constantinople (date illisible), Chypre en décembre 1912, puis Jérusalem le 9 janvier 1913 et il arrive à Djibouti en mai 1913. Sur une première carte expédiée le 30 mai, il annonce s’installer à Djibouti dans le quartier de Dar es-Salam où il résida jusqu’à la fin août 1913. Cette carte porte le numéro 10 de la série expédiée à ce correspondant de Mühlhausen (maintenant Mulhouse, France).

STEINLEHNER Djibouti 1913 -1 recto-1 LRSTEINLEHNER Djibouti 1913 -1 verso-1 LR

 

Le lendemain, puis le surlendemain, deux autres cartes sont envoyées, qui se suivent dans la numérotation. La fréquence rapprochée des expéditions, ainsi que le peu d’information contenu sur les cartes, semblent indiquer que les textes sont prétextes à expédier les cartes postales qui doivent servir une collection ou un commerce philatélique. Sur l’une et l’autre carte, il paraphrase la légende imprimée au recto ; alors que sur la troisième (datée du 1.VI.13), il fait allusion à l’Abyssinie sans que j’aie pu comprendre précisément ce qu’il annonce.

 

 

Voyageur, mais pas toujours photographe

Nous avons déjà mentionné la carrière de photographe que Steinlehner a menée. Toutefois, cette série de cartes postales, expédiées de  Djibouti, ne sont pas son œuvre, mais bien des cartes achetées sur place. Il faut noter certains détails. Au cours de ses voyages, Steinlehner a pris l’habitude d’apposer un cachet multilingue à l’endroit de l’affranchissement, précisant que les timbres sont sur le recto (côté photo de la carte postale). De cette manière, il peut pratiquer comme avec une maxi-carte ou, comme c’est le cas ici, cacher des informations indésirables. C’est ce qui apparaît en comparant ces cartes expédiées par Steinlehner aux prototypes ci-dessous : le nom de l’éditeur ou du photographe a été recouvert par le timbre.

Ces deux dernières cartes postales ont été initialement éditées par le photographe d’origine indienne J. G. Mody, éditeur connu qui fut actif au cours des deux premières décennies du XXe siècle à Djibouti et en Éthiopie. Ses cartes furent ultérieurement rééditées par Gaston Brouillet (avec l’indication « cliché G. Brouillet ») et plus tard encore (vers 1925/1930) avec le crédit « cliché G. B. » au niveau de la division du dos. Celle montrant la danse des guerriers a aussi été colorisée, mais sans la moindre mention d’un éditeur.

Mody a édité d’autres cartes postales prises, selon toute évidence, au même moment et avec les mêmes acteurs que la « danse de guerre ‘Issas’ « .

 

 

 

 

 

 

 

From photos to paintings: official portraits of Menilek, Taytu, Zäwditu & Täfäri

While exploring a stock of photographies by Josef Steinlehner, I found the pictures of four painted portraits of the sovereigns: Menilek, Taytu, Zäwditu and Täfäri, which might undoubtedly dated from the 1920s. I had in mind the pictures used as models for the paintings and, of course, tried to know more about those paintings. Let me try to link the painted portraits with known photographies and, afterward, to name the painter.

The models

The painted portrait of Menilek is based on a photomontage due to Haigaz Boyadjian in the 1920s and using a photographic portrait of Menilek by his father Bedros Boyadjian (Berhanou Abebe, « Les Boyadjian… », in Connaissance des Arts, hors-série 327, 2007).

The portrait of Menilek’s consort, Taytu, is based on a well-known photography that was widely used in the early 20th Century press, by engraving or similiphoto (London Illustrated News, Berliner Illustrirte Zeitung…). The picture was published in Guebre Sellasie’s Chronique du règne de Ménélik II, roi des rois d’Ethiopie (edited by Maurice de Coppet, 1922, vol. II, p. 512) with no mention of the photographer who seems to remain unknown so far.

Emperess Zäwditu is painted in profile. The photography of the same portrait is widespread on internet but I couldn’t any sample with an authorship. The closest photography I found that has an authorship is the portrait by D’Anelli on which she appears full-face. It is doubtless that both pictures were shot during the same session and we can assume that the profile portrait was made by D’Anelli as well.

On the painting, Täfäri is wearing his princely crown as at that time he was ranked with the title of ras endä-rase (prince and regent). He changed his crown in October 1928 after being coronated as negus (king), a necessary step to later reach the status of negusä nägäst (king of kings). In any case, the portrait was painted before 1928 as an official image must be up-to-date in terms of titles. Three documents might highlight the painted portrait because of their similarity and, obviously, their inspiration in the same photography which I was not able to locate so far.

A set of two stamps (dated from 1919 and printed in Switzerland) shows the regent in similar position with the same crown and the same adornments. There is also a maxi-card from the « collection Michel » similar to one of the two stamps. Of course, there are no evidence that Adolphe Michel, once manager at the Ethiopian Postal Administration and retired in Nice (France), is the author of the photography, as there is at least one exemple that Michel used a photo from someone else. This topic was documented by Hugues Fontaine (here and there). Adolphe Michel is also the one who ordered the printing of the set including the two stamps we refer to.

 

The painter

One of the four portrait (Taytu) mentions a name and a date (down right): ‘Prof. A. Fischer Berlin 1922’ which clearly to have been overprinted. A close examination of the picture with a magnifying glass reveals a similar mention on the painting itself. The same for Zäwditu’s portrait but nothing visible on Menilek’s and Täfäri’s. Nevertheless, it seems that those two portraits are not completely framed on the pictures.

Arthur Fischer (1872-1948) is a well-known German court painter of the first half of the 20th Century. Many portraits out of his studio can be fine and the signatures on the Ethiopian portraits  comply with others. On his 75th birthday, in 1947, the German magazine Der Spiegel published an article which remains the most of the biographical information available (see Der Spiegel online). With his workshop, he painted over 10,000 pictures. He travelled a lot and even lived in the United States for a few years in the 1930s. Between the two World Wars, he was appointed as official court painter in many countries, such as Persia, Russia, the German Ländern, Bavaria, Romania… He painted the portrait of kings and emperors, but also Stalin, Hitler, Mussolini or Theodore Roosevelt…

German imperial couple (Arthur Fischer)-2

German Imperial couple by Arthur Fischer (post card, private collection)

MUSSOLINI IWM (Arthur Fischer)-1

The signature on the portrait o Mussolini (Arthur Fischer, Imperial War Museum)

 

 

The Ethiopian ‘National Museum’, Addis Abäba, keeps a portrait of Menilek inspired by the one painted by Arthur Fischer and it is signed by an Ethiopia artist. Times ago I took that picture without paying much attention to it and now I can’t read the name on the painting. Unless someone can help me, I’d make this point clear at the occasion of a next trip to Ethiopia.

MENELIK National Museum (?)-1

(National Museum, Addis Abäba)

 

Estelle Sohier (SOHIER Estelle, Le roi des rois et la photographie…, 2012, p. 304) wrongly ascribed the wall paintings in the mausoleum-church of Bä’ata Maryam to Mäzmur Zädawit, refering to Haile Gabriel Dagne. Those paintings are the work of the German painter Helmut Eichrodt who was appointed by the architect of the mausoleum, Karl Härtel (DEWEL Serge, Addis Abäba (Éthiopie) 1886-1966. Construction d’une nouvelle capitale pour une ancienne nation souveraine, thèse de doctorat, 2017, pp. 312-314). The confusion might come from the following detail. According to Elizabeth Biasio (Encyclopedia Aethiopica, vol. 3, p. 896), Mäzmur Zädawit (also named Mäzmur Dawit) would have painted the portraits of Menilek II, Taytu and Zäwditu that are in the mausoleum of Menilek, the crypt of Bä’ata Maryam church. Nowadays, only framed printed portraits, using the process of lithography, can be found in there. The lithography showing Menilek seems to be a reproduction of the painting showed in the ‘National Museum’ of Addis Abäba.

The political context when ordering the paintings

As always, an official portrait is purposely ordered and the reason is not simply the portrait itself. In this case, we have four portraits and this should explain the circumstances under which the order was placed. Wether they were displayed at that time in the mausoleum or not, those portraits follow the same logic as the construction of the mausoleum itself. The purpose was to show the new rulers, after the 1916 coup, empress Zäwditu and the regent Täfäri, as rightful to succeed to emperor Menilek II. There was some controversial about ras Täfäri’s position and modernization project and he needed to be directly linked to the former ruler, Menelik the winner at Adwa and the protector of the national sovereignty.

Conclusion

As a conclusion we might wonder where are those paintings now? I do not have any clue to answer this question. I would not be surprised if they were destroyed or looted by the fascists during the Italian occupation of Addis Abäba.

 

Armenian photographer from Alexandria (1904) as knowledge transfers between the ottoman world and Ethiopia

(French text following)

The military conquest of the Red Sea shores brought together Ethiopia and the Ottoman Empire since the 16th century. Furthermore, the ottoman control over Jerusalem and Egypt led the two countries to diplomatic relation. One reason was the Ethiopian monastery held at the Saint-Sepulchre (Jerusalem); another was that the Ethiopian Church depended on the Coptic Patriarch of Alexandria. Regularly, pilgrims and delegations travelled to Jerusalem and Egypt. Hence, knowledge transfers were operated between the Ottoman world and Ethiopia. Menilek II, king of kings of Ethiopia, sent an official delegation to Jerusalem in 1902 and some ottoman craftsmen were recruited for the Ethiopian imperial court. The first official ottoman diplomatic mission, led by Sadık ül-Müeyyed al-‘Azm, went to Addis Abäba in 1904.

During the 1880s the Ethiopian court became familiar to photography and the resort to it for propaganda purpose was soon implemented. Nevertheless, only Europeans were owning cameras.

At the close of the 19th century numerous Armenian photographers had settled everywhere in the Ottoman empire, and in particular in Alexandria and Cairo. In 1905, the Archbishop of the Apostolic Armenian Church in Egypt urged Bedros Boyadjian to escort him in an official journey to Ethiopia. Menilek II invited the photographer to stay and settle with his family in Addis Abäba. Appointed as the first official photographer of Ethiopia in 1906, Boyadjian not only generated a dynasty of photographers in Ethiopia  (Bedros, Haygaz and Tony Boyadjian, three generations of official photographers) but he also paved the way for many Armenians who later followed him and opened studios in the capital city.

Boyadjian - ras Mikael

Ras Ali d’après une photo de Bedros Boyadjian (crédit)

Boyadjian - ras Makonnen

Ras Mäkwännen d’après une photo de Bedros Boyadjian (source: « Les Boyadjian, photographes arméniens à la cour du Négus », Connaissance des Arts, hors-série 327, 2007)

La conquête militaire des rivages de la Mer Rouge avait placé l’Éthiopie et l’empire ottoman en relation dès le XVIe siècle. Le contrôle ottoman sur Jérusalem et l’Égypte fit entrer l’Éthiopie et Topkapi en relations diplomatiques, à cause du monastère éthiopien du Saint-Sépulcre (Jérusalem) et parce que l’Église éthiopienne dépendait alors du patriarche copte. Pèlerins et délégations se sont régulièrement rendus à Jérusalem et à Alexandrie. Ainsi, les transferts de savoirs se faisaient ente le monde ottoman et l’Éthiopie. La délégation officielle envoyée en 1902 à Jérusalem par le roi des rois d’Éthiopie Menilek II recruta des artisans ottomans pour la cour. En 1904, une première mission officielle ottomane, conduite par Sadık ül-Müeyyed al-‘Azm, se rendit à Addis Abäba.

Dès les années 1880, la cour d’Éthiopie était familiarisée avec le recours à la photographie dont l’usage pour la propagande fut très vite développé. Néanmoins, les seuls possesseurs d’appareils photos étaient des Européens.

À la fin du XIXe siècle, de nombreux photographes arméniens sont installés dans tout l’empire ottoman, en particulier à Alexandrie et au Caire. En 1905, l’archevêque de l’Église apostolique arménienne en Égypte invite le photographe Bedros Boyadjian à l’accompagner en voyage en Éthiopie. Menilek II invite le photographe à installer en Éthiopie où il est rejoint par sa femme. Nommé premier photographe officiel de la cour en 1906, Bedros Boyadjian a été à l’origine d’une dynastie familiale de photographes (Bedros, Haygaz et Tony Boyadjian, trois générations de photographes officiels) , mais fut ensuite suivi par de nombreux arméniens photographes qui créèrent des studios à Addis Abäba.

 

 

 

PHOTOGRAPHIE & CARTOGRAPHIE : deux blogs au sujet de la Corne de l’Afrique

Deux blogs au sujet de la Corne de l’Afrique :

https://historyofcartography.blog/

https://ethiopiaphotography.blog/

La photographie au service de l’histoire urbaine : Addis Abäba

L’histoire ancienne de la capitale éthiopienne peut difficilement être écrite sur la base d’archives conventionnelles. Les archives endogènes sont inexistantes ou détruites et les archives étrangères -diplomatiques essentiellement- muettes sur la question.

Les archives ne sont heureusement pas les seules sources disponibles pour écrire l’histoire et le rôle de la photographie, ainsi que d’autres types de sources, est à cet égard de plus en plus reconnu et important. Dans le cas des premières décennies de la construction d’Addis Abäba, les photographies sont particulièrement salutaires.

L’établissement d’un corpus peut poser quelques problèmes méthodologiques, en particulier parce que les informations sur les photos, les métadonnées, font défaut. La plupart du temps, nous ignorons l’identité des photographes, la nature du support originel et la finalité des clichés, tout comme la date. Le corpus prend donc de la valeur par une grande accumulation des items permettant des recoupements. Ces recoupements permettent ensuite d’ensuite d’établir une séquence chronologique, substance fondamentale de la réflexion historique.

L’exemple de l’addaraš du gǝbbi [1]

Le gǝbbi, palais du souverain, était au centre du système administratif et politique impérial éthiopien (GARRETSON 2000, 27). Son développement fut un long processus, d’autant qu’il n’y avait aucune conscience de pérennité du site au départ. Les premières constructions furent détruites par l’incendie de 1892 (Chronique, 319ss), mais immédiatement reconstruites et achevées en 1894 avec, réalisation inédite en Éthiopie, l’eau courante selon un système mis au point par l’ingénieur Alfred Ilg, conseiller du souverain (KELLER 1918, 41 ; Chronique, 341). Son positionnement fut déterminant pour la topographie urbaine et l’arrivée plus massive et permanente des aristocrates provinciaux, dans l’environnement du siège du pouvoir impérial après 1896, ne fit que renforcer le rôle urbanistique de la colline du gǝbbi.

En 1897-1898, dans l’immédiat après-Adwa, de nouvelles constructions sont ajoutées au domaine impérial, en particulier une église privée, que l’on peut qualifier de chapelle impériale, et un gigantesque hall de banquet, l’addaraš. Ce hall de banquet, le nouvel addaraš, constitue certainement l’édifice de prestige le plus marquant, par son rôle et surtout par sa taille. Le bâtiment, à trois nefs et dont la silhouette caractéristique est souvent visible sur les clichés anciens, comme un marqueur topographique d’Addis Abäba, pouvait accueillir les banquets offerts par l’empereur à plusieurs milliers de personnes. Ces banquets portaient un rôle social capital et pouvaient être conduits pendant plusieurs jours consécutifs (DERAT 2001).

De par sa visibilité, ce hall de banquet revêt une importance particulière pour la datation des anciennes vues d’Addis Abäba et il convient donc de le placer le plus précisément possible dans la séquence chronologique.

Nous savons que l’addaraš était en construction lors du séjour de Charles Michel et de la mission Bonchamps à Addis Abäba (1897-1898), comme en témoigne l’album de photographies de la mission (photo 79), conservé à la Bibliothèque nationale de France[2]. Néanmoins, une autre photographie de ce même album montre le gǝbbi sans la moindre trace de l’addaraš (photo 51). Il est donc possible de conclure que la construction était en cours lors du retour de Charles Michel à Addis Abäba (avril-mai 1898), alors que la première photographie (sans l’addaraš) avait été prise en 1897, lors du premier séjour de la mission. La photographie par Charles Michel de l’addaraš en construction  (album de la mission de Bonchamps en 1897, Djibouti et Éthiopie, photo 79, coll. BNF et SG) est aussi reproduite en gravure et accompagne l’article de Charles Michel « À la cour d’Éthiopie », paru dans L’Illustration du 1er avril 1899.

Gäbrä Sǝllase, dans la Chronique du règne de Ménélik II, affirme que « en 1890 [AM – donc 1897/98 AD] , année de Marc, Atié Ménélik fit venir d’Europe des ingénieurs et des ouvriers pour la construction d’un addérash à triple toiture brisée, mais dont l’intérieur ne formait qu’une seule salle » (Chronique, 466). Alfred Ilg et Léon Chefneux furent les seuls Européens à y travailler et les artisans spécialisés étaient d’origine indienne.

Il est donc établi que l’addaraš était construit en 1898 et les vues d’Addis Abäba sur lesquelles on peut apercevoir sa silhouette massive dans l’espace du gǝbbi sont à dater de 1898 ou après.

Le capitaine britannique Montagu Sinclair Wellby du 18ème régiment des Hussards, reçu par Menelik le 26 octobre 1899, apporte un élément supplémentaire quand il rapporte que lors de son entrée dans l’enceinte, il nota qu’un grand bâtiment, de forme semblant carrée, était alors en cours de construction (WELLBY 1901, 69). Il s’agit sans aucun doute du même bâtiment, l’addaraš, et ce que pouvait entendre l’auteur par « was in process of construction » désignait sans doute les échafaudages destinés aux enduits et peintures de finition, ou de réparation. Une photographie contenue dans le fond Ilg (VMZ 346_03_001), attribuée à Wellby, montre la façade de l’addaraš en pierres nues, sans enduit ni peinture[3]. Il s’agit d’une vue de l’avant du hall des banquets (dont l’accès se fait par une porte centrale). Cependant, nous savons que le hall de banquet était bien achevé et fonctionnel déjà lors de la visite d’Herbert Vivian, en janvier 1900, « where 2,000 warriors eat raw meat together »[4]. On peut donc en conclure que les enduits furent réalisés au cours de l’hiver 1899/1900, après la saison des pluies.

 

 

image27

L’addaraš peu de temps après son achèvement ; façade avant avec accès par une porte centrale (noter la hauteur des eucalyptus). (VIVIAN 1901, 195)

D’autres vues du hall existent, montrant la façade arrière (reconnaissable par une porte d’accès latérale) comme, par exemple, celle contenue dans les scrapbooks réalisés par Skinner (ici) lors de sa mission auprès de Menelik en 1903 (blog Hugues Fontaine).

 

image48

Vue depuis Arada en direction du gǝbbi en 1901 ; on distingue nettement les trois nefs de la toiture de l’addaraš  (POWELL-COTTON 1902, 98)

 

Notes & bibliographie

[1] Pour plus de détails et au sujet des développements futur de l’addaraš, voir DEWEL Serge (2017), ADDIS ABÄBA (Éthiopie) 1886-1966. Construction d’une nouvelle capitale pour une ancienne nation souveraine, Thèse de Doctorat, Paris, INALCO.

[2] Bibliothèque nationale de France, département Société de Géographie, SGE SG WE-501, planche 35, photos 79 et 80.

[3] Je remercie Hugues Fontaine de m’avoir communiqué cette information.

[4] VIVIAN 1901, légende de la photo face à la p. 195 (reproduite ci-dessus).

[5] GERVAIS 2015, 37-52 ; l’agence Chusseau-Flavien était installée rue Bayen à Paris, dans le 17ème ; l’Illustration était un magazine hebdomadaire français créé sur le modèle du Illustrated London News, par le célèbre éditeur de presse Édouard Charton. De 1843 à 1944, il fut toujours abondamment illustré, d’abord de gravures, puis de photogravures et enfin de photographies.

 

DERAT Marie-Laure (2001), « Le banquet à la cour du roi d’Éthiopie au XVe siècle. Dons forcés et contreparties », in Hypothèses 2001, pp.267-274.

GARRESTON Peter P. (2000), A History of Addis Abäba from its foundation in 1886 to 1910, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag.

Guébré Sellassié (1930-1932), Chronique du règne de Ménélik II roi des rois d’Éthiopie, Paris, Maisonneuve (traduite par Tèsfa Sellassié ; publiée et annotée par Maurice de Coppet).

KELLER Conrad (1918), Alfred Ilg, Frauenfeld, Huber & Co.

POWELL-COTTON PH.G. (1902), Sporting trip through Abyssinia. A Narrative of a Nine Months’ Journey (…), London, Rowland Ward.

VIVIAN Herbert M.A. (1901), Abyssinia. Through the Lion-Land to the Court of the Lion of Judah, London, Arthur Pearson.

WELLBY M. S. (1901), ’Twixt Sirdar & Menelik. An Account of a Year’s Expedition from Zeila to Cairo through Unknown Abyssinia, London & New  York, Harper & Brothers.

About early Ethiopian cartography

The first use of maps by the Ethiopian administration occurs under Menelik’s reign but it is not precisely known how and when cartographic surveys under Ethiopian supervision started.

Aleksandr Bulatovich, a Russian officer accompanying the Red-Cross detachment, arrived in Ethiopia in 1897. Invited by Menilek as a witness of his conquests, he followed the emperor during three campaigns in the South and spent most of his time surveying. Bulatovich was probably the first surveyor working for an Ethiopian ruler. Léon Darragon, a French cartographer followed after 1899 (see BNF and Gallica).

Le Roux & Menilek CP-1

Post card no credit mentioned (private collection). Menilek holding the map on his lap; Hugues Le Roux standing in front of him. At the rear (from left to right : Alfred Ilg and Léon Chefneux)

Nevertheless Ethiopian geographical knowledge of Africa already existed prior to the first surveys. The well-known circular-letter, sent by Menilek in 1891 to most European chancelleries seems to summarize what Ethiopians knew about neighboring regions (for a translation of Menilek’s circular-letter, see BROWNLIE Ian, African Boundaries…, 1979, London-Berkeley, pp. 777-779). It is often considered that his European counsellors, Alfred Ilg and Léon Chefneux, or even the Italian diplomats, could have advised the king of kings of Ethiopia in writing it. That might be possible for the idea of the circular-letter and the need of fixing broader frontiers .

At that time all regions bordering Ethiopia were known by Europeans, as well as the farthest places claimed by Menilek. John Hanning Speke discovered the ‘Nyanza’ in 1858 (Nyaza or Nyanza is a bantu word meaning large water area or lake and, of course, especially refers to Lake Victoria or Victoria Nyanza). The White Nile and his confluence with the Soba river was identified by Samuel Baker and his wife in 1864-1865. The ‘Lake Samburu’ in the letter is the Lake Naivasha that was discovered in 1883 by Gustav Adolf Fischer.

There is a linguistic evidence for a European influence in the making of the letter: the use of the name « White Nile » (ነጭ አባይ [näč’ abbay]) in the Amharic text which can only be a translation from English to Amharic.

 

Mnlk Circula-letter

The last four rows of the first page of Menilek’s circular-letter (1891) with mention of White Nile

Trois photos-cartes inédites de Bertolani

Secondo Bertolani arrive en 1897 en Éthiopie où il était employé subalterne avant de devenir agent consulaire à la Légation italienne. Il fut, entre autres, en charge du télégraphe entre Addis Abäba et Asmära (voir BERTOLANI Secondo, Etiopia. Linee telegrafiche e telefoniche in EtiopiaMonografie e rapporti coloniali, tipografia nazionale di G. Bertero e C, 1912 – 15 pages). Mais, avant toute chose, c’est son activité de photographe amateur qui l’a rendu célèbre, dont les clichés ont été massivement -et le sont toujours- imprimés. Il est l’auteur de portraits célèbres dont plusieurs illustrent l’édition par Maurice de Coppet de la Chronique du règne de Menelick II de Guébré-Sellassié (1930-1932).

A la même époque, la charnière du XXe siècle, d’autres photographes italiens étaient actifs en Ethiopie, en particulier Lincoln De Castro et Carlo Annaratone, fonctionnaires de la Légation italienne. De même, Luigi Naretti, très productif en Érythrée dans la dernière décennie du XIXe siècle, a laissé des clichés d’Éthiopie.

L’évolution technique et l’accroissement de la population étrangère dans la Corne de l’Afrique créaient un débouché pour les photographes, de plus en plus nombreux au début du XXe siècle, qui vendaient leur production sous forme de portraits et de cartes postales, mais aussi de photographies pour la presse illustrée qui remplaçaient les gravures par des photographies grâce à l’invention de la similigravure.

L’IsIAO conserve un important fonds Bertolani (PALMA Silvana, L’Africa nella collezione fotografica dell’Isiao. Il fondo Eritrea-Etiopia, Roma-Napoli, Isiao Università di Napoli « L’Orientale », 2005), mais toutes les photographies qui le constituent ne sont pas forcément on œuvre personnelle. Nombreux sont les photographes qui complétaient leur production par d’autres photos achetées. Parmi les oeuvres de Bertolani, mentionnons particulièrement les nombreux portraits de la cour et, en particulier, celui de du roi des rois Menilek II en grand apparat. Ce portrait a été maintes fois reproduit, tant par Arnold Holtz (carte postale sans crédit) que par Maurice de Coppet (Chronique, vol. 2, p. 500, pl. XLVII) qui mentionne Bertolani comme son auteur.

image13

Le roi des rois d’Ethiopie Menilek II, portrait par Secondo Bertolani publié par Maurice de Coppet dans la Chronique du règne de Menelick II de Guébré-Sellassié (1932, vol. 2, p. 500, pl. XLVII)

 

Si un doute pouvait subsister quant à l’identité de l’auteur de ce portrait, Hugues Fontaine confirme, sur son blog, l’attribution de cette photographie à Secondo Bertolani, en se fondant sur un tirage signé par Bertolani qui est conservé dans les archives de Robert P. Skinner (dont ses carnets de notes) au Massillon Museum (Ohio). Cette signature permet, par ailleurs, de confirmer l’authenticité de celles inscrites sur les photos ci-dessous.

Bertolani a longuement vécu en Éthiopie qu’il a quittée lors de la déclaration de guerre de l’Italie en 1935, selon Henry de Monfreid : « On me frappe sur l’épaule et je me trouve en face de la figure réjouie de Bertolani. C’est un italien qui vécut en Ethiopie plus de trente ans. Bertolani a de vastes concessions de café en pays arrousi où il se trouvait ces temps derniers… » (MONFREID Henry de, Le masque d’or, Paris, 1936, pp. 218-219). Cependant, se fondant sur les archives des Affaires étrangères italiennes, Estelle Sohier affirme que Bertolani aurait été incarcéré en 1932-1933 pour des raisons politiques alors que l’Italie fasciste préparait l’invasion de l’Éthiopie. Il serait mort en 1938, assigné à résidence et interdit de contacts avec des Ethiopiens (SOHIER Estelle, Le roi des rois et la photographie…, Paris, 2012, p. 44). A en croire Monfreid, il semblerait, néanmoins, que Bertolani pût retourner en Éthiopie entre-temps.

Voici trois documents inédits de Secondo Bertolani, des photographies prises à Addis Abäba et tirées en photos-cartes, qui furent expédiées par leur auteur depuis (ou via) Aden vers l’Italie en octobre 1905 (oblitération ‘ADEN CAMP 18oc.05’). Elles portent chacune la signature de l’auteur et une légende manuscrite.

BERTOLANI - Gebbi recto-1BERTOLANI - Gebbi verso

 

BERTOLANI - Giyorgis recto-1BERTOLANI - Giyorgis verso

 

BERTOLANI - marché recto-1

BERTOLANI - marché recto 1

(coll. privée)

 

Josef Steinlehner en Éthiopie (1ère partie)

Comme Erich Wasem l’affirme dans son ouvrage, sans précision de jour et de lieu, le site de la DNB (Deutschen Nationalbibliothek) indique 1926 comme date de mort de Josef Steinlehner (ici). Cependant, nous savons que ce n’est pas le cas, car j’ai déjà indiqué son séjour éthiopien dans un billet précédent. Le photographe fut actif en Ethiopie à partir de 1927.

L’activité éthiopienne de Steinlehner n’est, par ailleurs, pas une découverte. Plusieurs de ses photographies (sans toutefois être datées) ont été publiées, en particulier dans l’ouvrage d’Alfred von Roth-Rösthof (Leipzig, 1930) Ba Menelik. Erlebnisse mit abessinischen Pflanzern, Jägern, Fürsten und Goldsuchern.

image62

L’ancienne municipalité d’Addis Abäba devenue le commissariat central de police (photo de Steinlehner, v. 1927, coll. privée)

Le site de l’Anglo-Ethiopian Society, société savante britannique, publie sur son site plusieurs photos du couronnement impérial de 1930, dont sept d’entre elles sont créditées à Josef Steinlehner.

Le site de la Deutsche Fotothek (ici) possède dix-huit photographies de Steinlehner, datées des années 1927 à 1932. Elles ont toutes été prises en Éthiopie.

Ceci établit indiscutablement la présence de Josef Steinlehner en Ethiopie, aux alentours de 1930 et, selon toute vraissemblance de 1927 à 1932. Dans un prochain billet, je pubierai un échantillon de son travail éthiopien.

Josef Steinlehner en Afrique de l’Est

A la suite d’un premier article consacré à Steinlehner, voici quelques précisions supplémentaires concernant son parcours africain, avant de se rendre en Éthiopie.

La principale évidence du passage de Josef Steinlehner en Afrique de l’Est sont deux photos publiées dans le recueil de photographies de Peter Landow Nature et Civilisation. La femme (Berlin, 1925; édité en allemand, en français et en anglais). Dans l’ensemble du portfolio, deux photographies d’une jeune femme reproduites sont attribuées à Steinlehner et situées au Kenya.

Par ailleurs, un vendeur de Stuttgart propose actuellement plusieurs photographies en vente sur internet, toutes présentant un récurrence des personnages et des lieux avec celles de l’ouvrage de Landow créditées à Steinlehner. Dans cette série en vente, était aussi inclus un tirage de la photographie de la jeune fille à la rivière du recueil de Landow. Toutes les photographies de cette série du vendeur de Stuttgart portent une étiquette manuscrite avec l’inscription Deutsch-Ostafrika (Tanzanie avant 1918).

Extrait de LANDOW Peter (1925) Natur und Kultur. Daß Weib.

Une des photographies mises en vente sur internet par un marchand de Stuttgart et qui est l’œuvre de Steinlehner selon toute vraissemblance.

La seconde photo de Steinlehner publiée par Landow, dans don recueil de 1925, montre une jeune femme en pagne adossée à une habitation en fibres végétales. Il semble s’agir du même modèle. Dans le lot de photos-cartes de Steinlehner que j’ai acquis en 2015, figure un tirage au format carte postale de la même photographie. Celle-ci ne comporte aucune inscription ou mention au dos, comme trente-cinq items de ce lot. Je reparlerai de ce lot dans de prochains articles, consacrés à Steinlehner en Éthiopie.

 

STEINLEHNER in Landow 1925 -3

Extrait de LANDOW Peter (1925) Natur und Kultur. Daß Weib.

Josef Steinlehner, un photographe majeur

Le photographe allemand Josef Steinlehner est reconnu parmi les pionniers de la maxi-carte. Il a voyagé pendant le premier quart du XXe siècle dans les Balkans, en Méditerranée orientale et au Proche-Orient et dans la région de Mer Rouge. Il pourrait aussi avoir voyagé au Kenya et en Deutsch-Ostafrika, ce qui reste à confirmer. Il est né le 12 octobre 1881 à Pfeffenhause (Basse-Bavière) et la dernière mention le concernant remonterait à 1932, à Djibouti (selon Deutsche Fotothek).

Comme en témoignent les nombreux échantillons de son travail, Steinlehner était un photographe talentueux, mais il n’existe cependant que peu d’informations disponibles à son sujet. Un recherche sur internet permet un bref inventaire de quelques unes de ses cartes postales sur les sites majeurs de vente en ligne et quelques lignes sur le site de la Deutsche Fotothek.

Erich Wasem a publié un court ouvrage agréablement illustré, Durch den Orient als freier Mensch. Die Maximimkarten des Afrika-Reisenden Josef Steinlehner (Herbert Utz Verlag, 2009). Ne citant malheureusement pas ses sources, cet ouvrage demeure néanmoins la seule référence référence disponible sur Steinlehner. Selon Wasem, Steinlehner aurait effectué quatre voyages en Afrique, le premier en 1909 et le quatrième en 1926, après lequel on perdrait sa trace selon lui.

Nous pouvons cependant affirmer que Josef Steinlehner fut actif en Éthiopie, à Addis Abäba en particulier, de 1927 à 1930. J’ai acquis un important stock de photo-cartes couvrant ces années et, surtout, illustrant l’histoire de la capitale éthiopienne au cours des dernières années de la décennie 1920.

 

Carte postale estampillée ‘J.St’ et portant un de ses cachets d’identification de ses cartes postales ; affranchie à Scutari/Üsküdar (date illisble) – coll. privée ; d’autres cartes avec un affranchissement similaires sont datées de 1925.

 

 

 

Page 3 of 7

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén